16/11/2014

Autriche / Tamsweg - Marche militaire et folklorique

in: Bureau Patrick, Autriche, éd. Anako, 2002

 

(p.58) L'expression la plus significative de cette piété est la procession de la Fête-Dieu, le deuxième jeudi après la Pente­côte.

Dès l'origine, elle était destinée à mani­fester de façon frappante la puissance et la splendeur clé l'Eglise catholique.

La procession de Tamsweg, à laquelle nous avons assisté en compagnie d'Inge, relève de la même volonté. Des enfants aux anciens, tous accompagnent, le visage empreint de recueillement, le prêtre, qui porte l'ostensoir sous le dais aux quatre reposoirs dressés en plein air.

Cette célébration est l'occasion d'expri­mer publiquement la vigueur de sa foi et clé réaffirmer son statut et son rôle au sein clé son village.

Le cortège défile donc au rythme de la fanfare locale selon une hiérarchie bien établie : les notables en tête, le groupe des femmes récitant pieusement les psaumes, celui des hommes et enfin, en ordre plus dispersé, les badauds et les enfants.

Sous le regard de la foule, les gardes ponctuent les différents arrêts de salves d'honneur.

L'impression est saisissante, comme si rien n'avait changé et ne devait changer : les costumes rutilants des gardes en uni­forme, le pas cadencé et l'allure martiale

clés anciens combattants qui arborent les décorations clé la dernière guerre...

A ce moment de gravilé et de fer­veur religieuse succède l'allégresse de­là fête populaire.

Aucun Autrichien digne de ce nom ne souhaiterait manquer la fête du Samson, qui traditionnellement clô­ture la journée.

Les six mètres clé haut du géant et ses quatre-vingts kilos reposent sur les épaules d'un seul homme. Fort heureusement, les nombreuses liba­tions auxquelles celui-ci participera lui donneront suffisamment d'énergie et de force pour cheminer et danser dans les rues de la localité, sous les yeux émerveillés des enfants.

Le géant Samson est accompagné clé deux nains incarnant le Soleil et la Lune. Ce défilé remonte à d'anciens cultes de la fertilité qui se perpétuent dans des rites chrétiens.

Religieuses ou profanes, les fêtes en Autriche ne peuvent se dérouler sans des agapes, auxquelles personne ne saurait résister.

 

En cette lin d'après-midi, nous aussi succombons à la tentation et abusons sans limite des saucisses grillées, de la Wiener Scbnitzel, célèbre escalope viennoise panée et bien sûr de la boisson nationale, la bière bien fraîche !

01:07 Écrit par Johan Viroux | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.